La mode a libéré la femme

 

La mode a libéré la femme

 

Les cinq couturiers qui ont joué un rôle

Avertissement : une loi datant du 17 novembre 1800 impose que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation. Seules exceptions, les femmes tenant un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval sont autorisées à porter le pantalon ».

 En France, il aura fallu plus de deux siècles pour que cette loi soit enfin abrogée. Au XIIIième siècle, l’habit de femme était réglementé.

Des lois étaient rédigés dans les villages par les magistrats et les seigneurs, dans le but de conserver les bonnes mœurs, de se protéger des influences étrangères et du luxe inutile. L’objectif principal était de maintenir les différences de classes.

Sous l’impulsion de Louis XIV, le faste et l’extravagance de la Cour affiche sa suprématie. La mode française est de renommée mondiale et les nobles étrangères viennent s’habiller en France et y commandent les très belles dentelles.

A cette époque, les robes étaient de création unique, c’est Charles Frédéric Worth, un français d’origine britannique et pionnier de la haute couture, qui va créer des modèles en vue de leur vulgarisation. Le prêt à porter était né.

Quand le style devient mode et libère enfin la femme

Dans l’histoire de la mode, les femmes ont toujours été enfermées dans leurs vêtements jusqu’à supporter une taille comprimée par des ressorts d’acier.

Ce n’est qu’au XX ième siècle que la femme trouve son évolution sociale car suivre la mode fut longtemps le privilège des élites.

Coco Chanel avec sa petite robe noire ou plus tard Brigitte Bardot en égérie sexy, la mode sonne la libération de la femme et donne au vêtement un langage.

Chaque saison, les créateurs imaginent des collections, tantôt avec des décolletés élargis tantôt des fesses galbées, mais chaque année l’esthétique du corps féminin se revisite par les stylistes en essayant de désinhiber les tabous moraux de la société.

De la robe corsetée à la minijupe, du maillot de bain à manches et à jambes au slashkini, de la chaussure plate au talon aiguille si glamour, la mode a su provoquer pour notre plus grand plaisir les classicismes de chaque génération.

Quels sont les précurseurs qui ont impactés la couture parisienne en développant une activité complexe d’artisanats et d’industries : Paul Poiret au début du siècle, puis Madeleine Vionnet, Christian Dior, Yves Saint Laurent, Hubert de Givenchy, Pierre Cardin et Coco Chanel ou André Courrèges, Nina Ricci et, plus récemment, Thierry Mugler, Christian Lacroix, ou Antoine Chaulieu.

Les magazines comme les grands magasins vont promouvoir les grands couturiers et créer la mode française jusqu’à devenir une référence de renommée mondiale.

Bon Marché (1852), Printemps 1865 et plus tard les Galeries Lafayette (1893).

Portraits des quatre couturiers français ayant contribué à l’émancipation de la femme en créant des vêtements « révolutionnaires ».

Coco Chanel

Dans les années 1920 et 1930, Coco Chanel lance la mode des cheveux courts et créé des vêtements comme le pantalon (interdit aux femmes) et le tailleur avec des poches.

Yves Saint Laurent

Dans les années 1960, Yves Saint Laurent créé les premiers costumes pour femmes ainsi que des vêtements adaptés aux femmes actives.

André Courrèges

A cette époque épique, André Courrèges secoue la mode française en lançant la mini-jupe. Elle deviendra l’image de la libération des femmes.

Jean-Paul Gaultier

Dans les années 1980, Jean-Paul Gaultier lance une mode provocante et androgyne avec la jupe pour hommes mais son succès vient de la marinière qui l’a rendu célèbre dans le monde entier.