Le protocole de la table française

 

Le protocole

 

de la table française

 

La France offre au monde ce qu'elle a de meilleur :

ses traditions, sa gastronomie, son goût pour le chic, un ancestral savoir-faire que les hôtels réinterprètent pour recevoir dans le plus pur héritage français tant appréciés, recherchés et enviés à l'étranger.

On ne mange plus, on savoure ; on ne boit plus, on déguste. Telle est du moins la règle qui s’impose aux gens de goût, et de ce que la plupart des contemporains recherchent dans l’élégance de la forme qui embellit la vie. Il s’agit donc de mettre en place un cadre d’autant plus soigné que le plaisir de la table se renouvelle au moins deux fois par jour. Décrivons les règles essentielles du dressage de la table à la française.

 

Dresser une table est un plaisir, un raffinement.     La suite est à lire dans notre magazine

Le décor doit être un spectacle, un théâtre où chacun d’entre nous pourrait être le metteur en scène.

Pour créer une atmosphère d’élégance dans une salle à manger, on choisit une décoration inhérente aux lieux et aux choses.

Elément essentiel : la nappe. Blanche, ou colorée, elle donne le ton et l'ambiance du décor. Les serviettes sont en tissu, depuis le XVIIIe siècle, les serviettes se posent sur les genoux. Avant cette période, elles se nouaient autour du cou ! Elles sont généralement assorties à la nappe et posées à la gauche de l'assiette, pour un dîner, et sur l'assiette pour un déjeuner. A la fin du dîner, l'invité pose sa serviette sur la table et ne la plie pas.

 

De l’orfèvrerie, les pièces essentielles sont les couverts. Ils sont placés autour des assiettes, la fourchette pointe vers le bas. Cette habitude vient de l'époque de la renaissance, lorsque l'utilisation de la fourchette s'est répandue. En effet, les personnes de la haute société faisaient graver leurs armoiries sur le dos du manche des couverts. Pour que celles-ci soient visibles par tous les convives, on mettait donc les fourchettes pointes vers le bas. Désormais, les armoiries devenant rares, les restaurants placent les fourchettes piques vers le haut, pour éviter d’abîmer la nappe avec les pointes.

Des assiettes,   traditionnellement en Porcelaine de Sèvres ou de Limoges pour les plus fines et réputées. Les grandes maisons élaborent parfois des décors au milieu de l’assiette si bien qu’il disparait momentanément sous les mets qu’on y pose. D’autres, grâce à un design raffiné, les rendent moins froides comme Christofle ou Coquet. Elles contribuent aussi pour une grande part au coup d’œil d’ensemble.

 

Des verres. Rien n’assortit mieux le miroir argenté des couverts, le galbe des porcelaines, que l’éclat du cristal. Il donne au décor de la table leur lumière, leur légèreté, leur pureté. Contrairement aux anglais, les verres en France se placent sur le devant de l’assiette, en ligne, du plus grand pour l’eau, à gauche, suivi à droite par le moyen pour le vin rouge et le petit pour le vin blanc.

A l’instar du linge de table et des couverts, la verrerie apporte une élégance supplémentaire à la table. En effet, le verre permet de sublimer la couleur et les arômes du vin. Il doit donc être transparent.

Le centre de la table, lui, est le point de mire.

Il est libre de protocole et très varié. Certain préfère un grand « surtout » ou l’on incorpore les salières, sucriers etc d’autres préfèreront des fleurs peu parfumées ou des bougies allumées.

Cette décoration doit être une harmonie de l’ensemble des éléments décoratifs, elle doit apporter un climat supplémentaire d’élégance et de raffinement et de sublimer les mets aux fins d’un souvenir mémorable.

En guise de conclusion, nous nous abriterons sous l’autorité de l’Unesco qui a inscrit en 2010 le « repas gastronomique français» sur la liste du Patrimoine culturel mondial de l’humanité, le reconnaissant ainsi comme "partie intégrante" de l’identité" française.