La mode masculine

 

Etre ou Paraître 

 

la mode masculine en France

Des gaulois jusqu’à la fin Moyen Age, le costume masculin évolue peu, il s’adapte pour le travail ou pour le repos. Mais dès le XIII ième siècle, la hiérarchie sociale coïncide avec les apparences et il est interdit d’apparaître mieux habillé que le roi sous peine de répression. Le vêtement représente alors une idéologie et définit sa place dans la société ce qui instaure trois ordres : ceux qui commandent, les rois, ceux qui prient, les clercs, et ceux qui obéissent, les laïcs. La pensée chrétienne condamne d’ailleurs toute sorte d’affichage de puissance et valorise la pauvreté…

 

Quand l’habit fait vraiment le moine  

vous pourrez lire la suite dans notre magazine ....

A la fin du Moyen-Age, les vêtements sont le reflet de la place de chacun dans la société. On reconnait ainsi le clerc, le moine, le légiste, le noble, le bourgeois, le paysan, … au costume qu'ils portent. Les souverains y veillent en réservant certaines étoffes précieuses, fourrures ou couleurs à la noblesse et l’émergence de nouvelles classes sociales fait partie des désordres que le roi doit réguler. Car la société urbaine devient de plus en plus riche et complexe et les hommes comprennent comme une évidence le pouvoir de l’image et de la notabilité qu’ils peuvent en tirer. À la Renaissance, le costume est largement influencé par la mode italienne. La mode masculine est élégante, raffinée et plus sophistiquée que la mode féminine.

 

Naissance de l’habit à la française


De l’usage du courtisan, le costume mettra en valeur la beauté masculine qu'au XVIIIe siècle pour faire le tour de toutes les cours européennes: chemises avec cravate ou jabot de dentelle, manches très amples, gilets épousant la forme du buste, justaucorps (les vestes) à la coupe flatteuse qui soulignent la taille... Tout concourt à exalter la grâce virile.

Ceci pour les aristocrates car pour les hommes du peuple, le modèle diffère peu ; seules les matières changent et sont évidemment moins luxueuses.

 

La révolution tua l’habit à la française

La monarchie française n’est plus, la cour du Roi a disparu, les habits de cérémonie n’ont plus lieu d’être, la révolution française de 1789 supprime tous les codes vestimentaires de l’Ancien Régime.

Le vêtement classique reste encore porté par les hommes importants, mais le costume patriotique des sans-culottes (nom méprisant donné au peuple par les nobles) est de bon aloi. La mode s’absente jusqu’au début des années 1800.

 

Une mode simple et élégante apparaît jusqu’en 1910

Emmené par George Bryan Brummell dit "le Beau Brummel"un anglais installé en France, la mode devient élégante et simple. Les vêtements sont de couleur sombre avec des pantalons longs raffinés, finement coupés, accompagnant redingote ou jaquette pour le soir. L’homme ne saurait sortir sans canne, sans haut de forme ou chapeau melon.

 

La mode masculine fait sa révolution

L'avènement du complet trois pièces, composé d’un gilet, d’un pantalon étroit et d’un veston incontournable restera globalement jusqu’après la Seconde Guerre mondiale ensuite la mode s’allège de convenances pour être plus volontiers claire l’été. L’hiver la veste disparaît au profit du pull-over.

 

Existe-t-il vraiment un style français?

En décapitant nos rois, nous avons adopté en France un style moins austère et moins bourgeois. Les codes classiques que l’on retrouve sont moins stricts qu’en Angleterre où les vêtements sont structurés, et moins présomptueux qu’en Italie et se distingue de l'Américain au physique sportif.

Le style français est difficile à définir, il est aéré avec un peu de désordre et n'hésite pas à marier par exemple de belles chaussures sur-mesure avec un jean.

Le français compte sur son charme et vous le reconnaîtrez au milieu d’une foule par sa touche bohême.