Bleu, blanc, rouge

 

Bleu, Blanc, Rouge

La Patrouille de France

Les yeux rivés vers le ciel, le cœur bien accroché, vous n’en sortirez pas intact…

Pour ses grands shows aériens, les spectacles de la Patrouille de France s’habillent en bleu, blanc, rouge. Elégante, majestueuse, elle est l’ambassadrice de l’aviation française depuis 1953, la PAF, son acronyme, reste l’une des meilleures formations mondiales d’acrobaties aériennes.

 

Un an de travail et une représentation réglée au millimètre. 
  la suite est à lire dans notre magazine ....

Huit pilotes de chasse (plus un remplaçant), douze Alfajets et plus de trente mécaniciens sont mobilisés toute une année au rythme d’une préparation quotidienne pour préparer chacune des chorégraphies aériennes. D’une durée d’environ trente minutes chaque prestation exige une concentration extrême. Imaginez chaque avion de chasse séparé de trois mètres évoluant à 600 klm/h (deux fois plus vite qu’une formule 1) à cent mètres du sol. A cette cadence, la force centrifuge multiplie par six le poids du corps humain. Le risque est calculé et répété maintes fois au sol et chaque pilote se doit de suivre des règles de vie et des entraînements drastiques.

 

Les virtuoses de l’air

La trilogie avion-pilote-mécanicien- doit être au summum de la compétence. L’Alphajet, développé conjointement par les sociétés Dassault et Dornier est un petit biréacteur performant possédant des qualités de vol et de maniabilité reconnues. Les mécaniciens, tous spécialistes de haut niveau, bénéficie de l’expérience acquise sur les différents types d’aéronefs de l’armée de l’air, ils doivent assurer tout au long de l’année la disponibilité des 12 Alphajet.

Pour les pilotes, ils sont choisis selon leurs capacités techniques et humaines. Trois d’entres eux sont renouvelés chaque année et vont jouer un rôle dans la chorégraphie. Une heure avant chaque spectacle, le rituel est le même : les pilotes, au nombre de neuf, se réunissent. Le leader, le commandant Christophe Dubois, briefe l’équipe. Tout en écoutant attentivement ses directives, les autres pilotes miment chaque geste qu’ils effectueront ensuite à bord de leur avion : « cadence … cadencez bien… rassemblement 4-3… Top ! Virage à gauche... Top !»

Cette étrange chorégraphie est surnommée « faire la musique ». À l’instar de musiciens, les pilotes exécutent en effet une partition commune. Une fois la répétition de « la musique » terminée, ils regagnent leur Alphajet sur le tarmac. La Patrouille de France est prête à s’envoler et à exécuter son ballet aérien...

 

Un spectacle époustouflant

Ils sont là, tous les ans, le 14 juillet au-dessus des Champs-Elysées, à Paris pour célébrer la fête nationale : huit avions en formation larguant des fumigènes aux couleurs de notre drapeau. Toujours époustouflants, ils dessinent dans le ciel de multiples figures soulignées parfois par des fumigènes blancs ou tricolores, pour le plus grand plaisir du public… Un véritable ballet aérien où la synchronisation doit être parfaite pour le plaisir des yeux. Le programme acrobatique change chaque année mais la première partie commence toujours par le « ruban » symbolisée par les fumigènes des huit avions. Cette phase esthétique et sensuelle permet d’admirer de belles figures lentes telles que Diamant, Canard ou Losange... et comme figure emblématique le cœur. La «synchronisation» est le second temps fort de la démonstration. Les évolutions, en groupe de 2, 4 ou 6 deviennent alors plus dynamiques et percutantes.

 

Une mission de représentation

Salons d’aéronautique, meetings aériens nationaux et internationaux, manifestations de prestige, la Patrouille de France est la vitrine de l’aéronautique française.

Marque du sérieux des pilotes de l'Armée de l'Air, elle est aussi un symbole fort des valeurs que sont l'esprit d'équipe, la confiance, et la recherche de la perfection dans les manœuvres de l'aviation de combat.

La Patrouille de France, c’est surtout un état d’esprit avec un fort respect des aînés et des traditions. En vol pour la troisième dimension ?