Le french cancan

 

Le French Cancan

 

S’il est un symbole français représentant la joie de vivre de la Belle Epoque française, le French Cancan, est bien une référence. Initialement pratiqué dans les rues de Montmartre à Paris par des blanchisseuses, lingères et autres lavandières, cette danse excentrique et tapageuse va jusqu’à s’exporter dans le monde entier.

Froufrous, jupons et jambes en l'air : cette danse joyeuse dite endiablée popularisée à partir de 1860 est devenue aujourd’hui une attraction touristique à part entière.

Est-ce la gaieté communicative de cette danse, son caractère un peu coquin, qui font que plus de 150 ans après sa création, le french cancan symbolise bien la « sexy touch » à la française ? C’est ce que nous allons découvrir …

 

Le french cancan fut un véritable phénomène de société

A l'époque, le cancan est vu comme une première ébauche de libération sexuelle et d'émancipation de la femme, il cristallise l'image d'une société parisienne frivole et canaille. Il faut dire que cette danse a tout pour choquer, elle est bruyante, rapide certains la décrive comme endiablée, rappelons que les femmes autrefois portaient, sous leurs jupons, des culottes fendues... Les ouvrières du jour devenaient danseuses le soir et portaient des noms évocateurs comme : la sulfureuse Goulue, égérie du peintre Toulouse-Lautrec, Nini Pattes en l’air, Grille d’Egoût, la môme fromage ou encore Jeanne Avril, la folle … Ces Parisiennes rebelles et insolentes qui, battant la cadence de leurs gambettes habillées de porte-jarretelles noirs, agitaient leurs jupons comme le symbole de leur émancipation.

 

Une danse subversive

Sans pour autant avoir de règles bien précises, la danse doit être vive, acrobatique, accompagné de cris car le french cancan se veut avant tout immoral. D’ailleurs, les figures principales des danses portent des noms pour ridiculiser les institutions militaires comme la mitraillette ou le port d’armes, religieuses avec la figure cathédrale avec trois jambes qui se rejoignent. Le french cancan brise aussi violemment les tabous de la bourgeoisie quand les danseuses écartent les jambes et soulèvent leurs jupons suggérant une invitation au désir sexuel de la femme.

Toulouse Lautrec, peintre postimpressionniste, habitués des nuits parisiennes a bien dépeint l’ambiance des cabarets de cette époque. Exposées encore aujourd’hui dans les plus grands musées mondiaux ses œuvres racontent la joie communicatrice de Montmartre, Pigalle et de nos provocantes danseuses.

 

Les cabarets célèbrent encore le french cancan

Loin d’être passéiste, le french cancan est un numéro incontournable de nos principaux cabarets parisiens, régionaux et même à l’étranger. Du chahut d'antan, né de l'esprit rebelle d’ouvrières, il reste aujourd’hui une entrée en scène de danseuses hurlantes surgissant des quatre coins de la salle avec un spectacle qu’aujourd’hui nous considérerons comme glamour.

Le Moulin Rouge qui a célébré en 2014 ses 125 ans a été un des premiers cabarets à promouvoir le french cancan. Sur le célèbre air d’opérette de Jacques Offenbach, les 44 danseuses de la troupe ont battu en 2014 le record du monde de passements de jambes, en effet, elles ont réussi à lever la jambe vingt-neuf fois en seulement 30 secondes. Exceptionnel.

D’autres cabarets comme le Paradis Latin célèbre chaque jour dans son spectacle le french cancan et va jusqu’à vous apprendre la célèbre danse avec Marie-Laure Philippon, chorégraphe et spécialiste du French Cancan.

Depuis avril 2015, le Lido de Paris a repris dans sa revue le french cancan  

 

Incontournable

Plus de cent cinquante ans après leur irruption dans les cabarets parisiens, le french cancan mène toujours la danse et est une attraction touristique incontournable des plus beaux cabarets parisiens. Mieux encore, il s'exporte. Il est vrai que le spectacle du french cancan est entraînant, étourdissant et avec un peu de nostalgie transmet un dynamisme communicatif.