Paris maçonnique

 

Paris, capitale maçonnique

 

La franc-maçonnerie est apparue en France en 1728 avec la création de la Grande Loge de France. Depuis, nombreux sont les grands hommes français à avoir rejoint cette association. De Napoléon à Gustave Eiffel en passant par Voltaire ou encore Jules Ferry … Ils ont apporté leur pierre à l’édifice avec un héritage considérable sur le plan social, politique ou culturel. Notons le Code civil, l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, l’émancipation des femmes, l’enseignement laïc, gratuit et obligatoire … par ailleurs, sur le plan architectural, plusieurs d’entre eux ont laissé une empreinte visible. Aux yeux de tous mais souvent difficile à déchiffrer par les non-initiés, ces signes démontrent l’empreinte des francs-maçons dans la construction de Paris. De véritables signatures pour les visiteurs avertis sont à découvrir. L’équerre, le compas, l’oeil ou l’étoile maçonnique ou bien encore le delta lumineux se trouvent présents d’une façon plus ou moins ostentatoires. Nous avons parcouru la capitale à la recherche de ces signes sur les monuments de Paris.

 

Des lieux symboliques pour s’en convaincre :

 

L’Assemblée Nationale

Devant ce bâtiment, situé exactement face à la place de la Concorde et à l’église de la Madeleine, on remarque l’aspect d’un temple avec ses six colonnes non sans rappeler le lieu où se réunissent traditionnellement les loges maçonniques. Porté par les colonnes, un fronton triangulaire ou delta incarne pour les francs-maçons les lois d’harmonie qui concrétisent les œuvres architecturales érigées par des bâtisseurs initiés. On notera également la représentation de deux femmes tenant chacune un compas et une équerre, chers aux francs-maçons.

 

La place de la Concorde

La place de la Concorde, avec 8,64 hectares, est la plus grande place de Paris. Cet ensemble monumental est la plus importante création urbaine du Siècle des Lumières dans la capitale.  Au centre l’obélisque de Louxor, ce monument qui s'érige vers le ciel, vers le Soleil est la voie sacrée menant les initiés des ténèbres vers la lumière. Cela rappelle aussi qu’à cette époque, la franc-maçonnerie prônait la suprématie du raisonnement sur les croyances religieuses.

 

Le Louvre

Bien que ce soit les rois de France qui commencèrent sa construction, en 1793, ce lieu profane est devenu hautement symbolique notamment par Napoléon qui a choisi ce monument pour recevoir la sacralisation maçonnique. Ainsi, quasiment exclusivement entouré de francs-maçons connus, Napoléon va parachever l’œuvre royale avec la vision franc maçonnique aux fins de réunir les trésors culturels de l’Empire. Notons les principaux symboles forts comme le parvis, entrée profane autour du Carrousel, la nef sacrée de la cour Napoléon et son espace secret avec la cour Carrée, placée à l'Orient. Ses façades sont parsemées d'images de signatures maçonniques comme les poignées de main fraternelles, équerres, compas, où la lettre H qui rappelle Hiram, l'architecte vénéré du temple de Salomon. Enfin la célèbre pyramide pour servir d’entrée au plus grand musée du monde.

 

L’arc de triomphe de l’Etoile

En 1806, pour célébrer la victoire d’Austerlitz, Napoléon ordonne la construction de l’arc de triomphe, un monument dédié à la gloire des armées françaises. L’arc est assis sur quatre piliers. Deux évoquent la guerre et deux la paix comme s’il s’agissait d’un passage entre deux mondes celui de la passion à la sagesse. Les sculptures de chaque face sont d’une expression exceptionnelle. Vu du ciel le pavage dessine la forme d’un soleil, ce qui accentue bien la volonté symbolique. La flamme sous l’arc de Triomphe est rallumée chaque soir depuis 1923, elle est devenue le symbole de l’espérance dans l’avenir.

 

Bustes, statues et monuments

Au fil du temps, les francs-maçons ont contribué à la construction de la société française, par leurs idées et leurs combats. De nombreux monuments commémorent encore ainsi les œuvres de francs-maçons connus du monde entier comme la statue de la liberté de Bartholdi, la Tour de Gustave Eiffel ou encore le Panthéon de Germain Soufflot. Que cela soit dans les rues, les places, les jardins publics, les passages couverts ou encore les tombes des cimetières parisiens… visitons Paris et ouvrons l’œil !